Manifestation parisienne en mémoire de Clément Méric, huit ans après la mort du militant antifasciste – #NeverForget #ClémentMéric

Cette manifestation intervient au lendemain du procès en appel au terme duquel deux anciens skinheads ont été condamnés à cinq et huit ans de prison pour la mort du jeune homme. Un millier de personnes ont manifesté dans le calme samedi 5 juin dans l’après-midi à Paris, en mémoire du militant antifasciste Clément Méric, tué en 2013 à la suite d’une rixe avec des skinheads, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse. « 8 ans après, Clément vit dans nos luttes, combattons le fascisme », pouvait-on lire sur la banderole de tête du cortège dans lequel figuraient des sections antifascistes de Paris, des militants de la CGT Paris, du NPA, de l’Union communiste libertaire (UCL), du syndicat Solidaires, de la Confédération nationale du travail (CNT) ou de l’UNEF. Le cortège, composé de 1 000 à 1 500 personnes selon les organisateurs, s’est élancé peu après 14 heures de la place de la République, pour arriver place Gambetta (20e arrondissement) aux alentours de 16 h 30. « Au-delà de la mémoire de Clément Méric, il faut être là car on constate une diffusion des idées d’extrême droite à énormément de niveaux », a déclaré un enseignant du supérieur présent à la manifestation, qui a souhaité conserver l’anonyma

via lemonde: Manifestation parisienne en mémoire de Clément Méric, huit ans après la mort du militant antifasciste

siehe auch: Mort de Clément Méric: deux ex-skinheads condamnés à huit et cinq ans de prison en appel. Esteban Morillo, 28 ans, et Samuel Dufour, 27 ans, ont été condamnés à des peines moins lourdes qu’en première instance, pour la mort du militant antifasciste Clément Méric. La cour d’assises de l’Essonne a condamné vendredi en appel deux anciens skinheads à huit et cinq ans d’emprisonnement pour la mort de Clément Méric, tué lors d’une rixe à Paris en 2013, des peines moins lourdes qu’en première instance. Après cinq heures de délibération, les deux accusés, Esteban Morillo et Samuel Dufour, ont été reconnus coupables de violences volontaires ayant entraîné la mort du jeune militant antifasciste Clément Méric, sans intention de la donner. Des violences volontaires aggravées par deux circonstances : l’usage d’une arme et la réunion. «La vérité a été redite ce soir», a déclaré à l’AFP Me Cosima Ouhioun, représentant la famille Méric depuis le procès en première instance. «Clément Méric a été victime d’une agression par des bras armés par des poings américains, mais aussi par une idéologie violente qui a été un poison tant pour les accusés que pour les victimes», a-t-elle poursuivi. Le 5 juin 2013, une brève rixe éclate entre militants d’extrême gauche et d’extrême droite, en marge d’une vente privée de vêtements de la marque Fred Perry. Sept secondes fatales à Clément Méric, 18 ans, qui s’écroule sur le bitume après avoir été frappé au visage. Vendredi, les deux accusés, tous deux vêtus d’une chemise, ont accueilli leur condamnation dans le calme. Les deux anciens skinheads qui comparaissaient libres depuis deux semaines, se sont rendus dans le box des accusés, où leurs proches sont venus les embrasser. «Vous allez être reconduits à la maison d’arrêt», leur a indiqué le président de la cour, Thierry Fusina. Esteban Morillo, 28 ans, avait reconnu avoir porté les coups mortels. En première instance, il avait été condamné à onze ans d’emprisonnement. En appel, il avait plaidé la légitime défense, se disant «désolé» de la mort «horrible» de Clément Méric mais assurant s’être défendu d’un «guet-apens» orchestré par les militants antifascistes. Les assises de l’Essonne ont rejeté à la majorité absolue cette question de la légitime défense et l’ont condamné à huit ans d’emprisonnement; French ex-skinheads sentenced to 8 and 5 years jail for killing leftist teenager. An appeals court in a Paris suburb has sentenced two former skinheads to eight and five years in prison for the death of the anti-fascist activist Clément Méric, killed during a brawl in Paris in 2013. The decision comes as supporters of the Méric family and unions organise a march in his memory on Saturday. On 5 June 2013, Clément Méric, an 18-year-old student and anti-fascist activist, collapsed on the pavement in Paris during a brief violent brawl between far-left activists and far-right skinheads on the sidelines of a private clothing sale. Esteban Morillo, 28, who admitted being the author of the fatal blows but pleaded self-defence, was sentenced to eight years in prison on Friday, compared to 11 at the first ruling in 2018. Samuel Dufour, 27, was sentenced to five years. The two men were found guilty of deliberate violence leading to death without intent to kill, and welcomed the verdict calmly. “The truth has been repeated this evening,” said Cosima Ouhioun, the lawyer for the Méric family. “Clément Méric was the victim of an attack with brass knuckles, but also by a violent ideology that has been a poison for both the defendants and the victims,” he said.